/ / / / / / / / / / / / / Collectes

Du 28 août au 19 septembre 2021, Marianne Mell et Maxime Lévêque se sont installés sur la commune du Val d’Esnoms pour un travail de récolte du patrimoine local.

Leur projet “Collectes” cherche à questionner les ressources d’un lieu à travers la pratique du design textile et du documentaire. Marianne Mell, par l’observation et la collecte des plantes locales, cherche à révéler les nuances colorées d’un territoire. Maxime Lévêque, par la collecte de traces, images et témoignages des habitants, cherche comment un espace peut se décrire.

Le projet est pensé comme un chantier collectif : pendant ces trois semaines de résidence, les habitants sont invités à participer au projet, ils peuvent « aider à construire, récolter, teindre des tissus, offrir leurs témoignages, partager des récits… ».

Après un repérage des lieux à investir, un repérage du patrimoine naturel local, et différentes rencontrent avec des personnes riches de récits sur le territoire, Marianne et Maxime se sont installés à Chatoillenot et ont dès leur arrivé échangé avec les habitants et participer à différents évènements typiques du Val d’Esnoms, à l’apéro de la messe à Esnoms au Val, au Troquet au Lièvre à Chatoillenot et au traditionnel tournoi de pétanque à Courcelles.

Les habitants du Val se sont très vite portés volontaires pour participer aux différentes étapes du processus créatif. Marianne a notamment récolté, avec l’aide d’une habitante, des baies de sureau qui ont servi à teindre des tissus. Ces moments de travail étaient l’occasion d’échanger des anecdotes sur les parcours de vie de chacun.

Les deux intervenants ont mis en place des ateliers de tataki-zomé, une technique d’impression de végétaux sur du textile. Ils ont ainsi pu mener leurs interventions avec le centre de loisirs La Grande-Récré, les élèves de maternelles de Saint-Loup-sur-Aujon, et les habitants du Val d’Esnoms.

Une restitution du travail mené pendant trois semaines a eu lieu le vendredi 17 septembre 2021 au lavoir de Chatoillenot. Les teintures naturelles et impressions textiles réalisées par Marianne et les habitants ont tout naturellement trouvées leur place exposées dans ce lieu patrimonial sublimé pour l’occasion, et sur le blason protecteur du Val d’Esnoms, suspendu au fil de l’eau et d’une longueur de 12 mètres de haut ! Après une simulation d’invasion de zombies dans les bois au-dessus du lavoir, mené par Maxime et accompagné d’habitants de tout âges prêts à défendre le Val, le blason offre à ce dernier une protection des potentiels malheurs à venir, et lui offre une identité singulière, immédiatement appropriée par les habitants.